Infrastructures

Le complexe Hadj Mohamed Benjelloun

Il fut inauguré en 1982. Le choix du nom ne fut pas difficile à trouver. Le complexe portera le nom de celui qui fut le président- fondateur du premier club marocain fondé par les Marocain. Une enceinte qui a vu naître une multitude de talents. Pendant les années 80, ce complexe fut le premier du genre. Même certains clubs huppés furent émerveillés par cette initiative. La construction d’un centre pour / par un club fut considéré comme une véritable révolution. Une initiative qui fit des émules. Tous autant qu’ils sont ne pouvaient suivre les idées d’un président visionnaire, Abderrazak Mekouar.
Le complexe comprend 3 terrains, dont 2 gazonnés,le troisième prochainement équipé de gazon synthétique puis un terrain de moyenne dimension, un autre de Handball et de sport collectif, des tribunes, pouvant accueillir 10.000 spectateurs, plusieurs vestiaires dont profitent aussi bien les catégories de jeunes que les seniors.
Toutes les conditions requises sont mise à la disposition des jeunes qui apprennent les vraies valeurs du sport et le maniement du ballon comme il est enseigné dans les plus grands clubs sportifs internationaux.
Un des beaux fleurons de cette école, est indéniablement l’inoubliable défenseur et capitaine des Lions de l’Atlas, Noureddine Naybet ! Un joueur qui colporta, mais défendit avec rage et conviction les valeurs reçues à l’école du Wydad partout où il se déplaçait : en France, au Portugal, en Espagne et en Angleterre !


Ecole des gardiens de buts, stade Larbi Ben M'barek (ex-Stade Philip)

Plus connu sous le nom du « stade Philip», le nom qu’il a gardé de la période du colonialisme. Un stade qui a été témoin des plus belles rencontres sportives des années 40 et 50 ! Désormais, le stade porte le nom de la «Perle noire » Larbi Ben M’barek, un virtuose que beaucoup mettent au rang des meilleurs joueurs de l’histoire du football mondial. Aujourd’hui le stade est consacré à la formation des gardiens de buts du Wydad encadré par des formateurs qui ont passé glorieux dans ce poste à l’image de « Yachine » le Marocain qui porte le pseudonyme de Lev Yachine mythique keeper de l’ex-Union Soviétique. Il fut donné en concession au WAC pour y déceler des Mohamed Soubiss, Mohamed Beggar, Abdelakder Ouariaghli, Yachine, Azmi, Ahmed, Zaki, Ouajid…

Moments forts